Myfood, la serre connectée

Vers une autonomie alimentaire avec la serre connectée Myfood

Manger sain, c’est avant tout cultiver sain. Un challenge que s’est fixé l’équipe de Myfood en lançant sa conception de la serre connecté – 22m² d’ingéniosité avec en ligne de mire, une autonomie alimentaire annuelle pour une famille de 4 personnes. Ramener la production alimentaire chez soi, un punchline très séduisante !

 

 

 

Chez moi, ce sont les poissons qui jardinent !

Aucun pesticide, peu d’eau, bio et avec une indépendance alimentaire à la clé… Ces arguments à eux seuls suffisent à vanter les mérites de Myfood, une serre connectée qui puise le meilleur de l’aquaponie et de la permaculture.
Hinhin l’aquaponie okey – si comme moi ce mot vous était parfaitement inconnu, une petite explication s’impose. Cette technique de culture est une symbiose entre les végétaux, poissons et bactéries permettant de recréer un écosystème naturel dans lequel les déchets de l’un deviennent la nourriture de l’autre dans un circuit fermé. Refermons la parenthèse pédagogique avec la permaculture qui choie quand à elle la terre en favorisant sa fertilité grâce aux bactéries, insectes et autres lombrics terreux.

Myfood réalise ainsi le rêve de certains, celui de produire chez soi sa propre alimentation et en quantité suffisante. Cette entreprise française aux accents très communautaire conçoit donc des serres connectées clé-en-main avec un haut rendement de production. A titre d’exemple, le modèle de 22 m² permettrait de produire plus 350 kg de fruits et légumes et environ 50 kg de poissons par an. Pour pousser l’esprit Eco, le fonctionnement des serres peut se faire de manière autonome grâce à l’installation de panneaux photovoltaïques semi-transparents. Ils permettront l’alimentation des capteurs, pompes, ouvertures ou encore de l’éclairage.

Passer de la terre à l’assiette n’est pas chose aisée mais les serres de MyFood ne sont pas exclusivement réservées aux experts du jardinage, loin de là. Un fait que l’on doit en partie au caractère connectée de la solution. Épiphénomène ?!? L’avenir nous le dira.

Myfood, la serre connectée

La version connectée du jardin d’Éden

Pouvoir produire toute l’année, surtout durant les périodes hivernales où les baisses d’apport solaire et de température stoppent la croissance de la plupart des végétaux, est un second challenge pour MyFood qui souhaite prolonger les saisons de culture et anticiper les futurs semis. Pour cela, il faut réunir les bonnes conditions et les maintenir.
La technologie se charge en partie de cela. La serre est constituée de quatre lucarnes à ouverture automatique permettant de réguler l’humidité et la température de l’environnement.

Depuis une application spécifiquement dédiée à l’usage de la serre, vous serez en mesure de surveiller (à distance) la température de l’eau, de l’air, l’humidité, le pH…
L’application couplée aux capteurs et à un algorithme d’intelligence artificielle analyse l’environnement de la serre et via des notifications, vous suggérera des recommandations sur sa gestion (mettre en culture certains végétaux, …)
L’API est d’ailleurs ouverte. Basée sur l’Open Source, MyFood met à disposition leur code s’il vous venait l’idée de monter votre propre serre connectée.

L'aquaponie au centre de la serre Myfood

Plusieurs modèles de serres (14m², 22m²) seront commercialisés d’ici la fin de l’année. Comptez 8.000 € pour une superficie 22 m² avec un retour sur investissement assuré au bout de 4 ans.

Une belle proposition qui rassure et nous amène à revoir nos manières de produire et de consommer.

Plus d'articles
Nest s’offre deux nouvelles fonctionnalités