Motorola Moto G22 : Une arrivée dans le milieu de gamme en dérapage contrôlé

Test du smartphone Motorola G22

Motorola, voilà un nom qui parle à tous les aficionados de téléphones portables et ce, depuis plus d’une trentaine d’années. Tour à tour dans le haut du panier puis dans le creux de la vague, le fabricant fait un retour en force depuis quelques temps.

Fort de ses derniers modèles haut de gamme à la photographie exemplaire, voilà que la marque s’attaque au milieu de gamme. Avec ce Moto G22 dont le prix de départ est aux alentours de 180 euros, qu’en est-il? Voyons cela ensemble point par point.

 

Contenu et première approche

À l’ouverture de l’écrin de carton, nous trouvons le dit Moto G22. Une fois sorti, les habituels notices et câbles se dévoilent. Bonne surprise, un chargeur est fourni. Mine de rien, cet accessoire a de plus en plus tendance à disparaître. Si le retrait progressif des chargeurs est une bonne chose pour l’écologie, pour les personnes peu consommatrices de tech, ceci est un petit plus.

Une fois les plastiques enlevés, le téléphone se prend aisément en main. Intégralement en plastique, il dispose d’une surface parfaitement lisse à l’arrière. Pour les tranches, le toucher est légèrement plus rugueux pour une bonne tenue en main. En faisant le tour, nous retrouvons un port jack 3,5mm sur le dessus – point positif dans la mesure où ce port a fâcheusement tendance à disparaître ces dernières années. Certes les écouteurs sans fil sont légion et totalement banalisés mais un port jack est toujours un confort supplémentaire pour les mélomanes.

Le dessous nous réserve le micro, l’unique haut-parleur et un port USB-C. Le haut-parleur n’est pas de qualité exceptionnelle mais peut dépanner lors d’un appel visio. N’espérez pas écouter de la musique longtemps de cette façon si vous avez un temps soit peu l’oreille musicale. La tranche gauche ne contient que l’accès à la trappe micro-sim et micro-SD. A noter que le Motorola Moto G22 propose deux ports sim et un port micro-SD. La tranche droite pour sa part dispose des habituels boutons de volume ainsi que le bouton de marche/arrêt qui incorpore un lecteur d’empreintes.

A l’arrière, dépassant d’un peu plus d’un millimètre, le bloc photo révèle pas moins de quatre capteurs et un éclairage led. Mais nous reviendrons plus en détails sur cette partie.

Avec ses 185 grammes sur la balance, il est relativement léger en main. Que vous ayez des paluches de maçon ou des mains fines et agiles, le poids du téléphone ne sera donc pas un problème. Et tant mieux car avec ses dimensions de 164 x 75 x 8,5 mm, ce Moto G22 se révèle quelque peu massif.

 

Un bel écran mais un processeur qui ne suit pas

La première approche de l’écran est plutôt positive. Une dalle de 6,7 pouces recouvre un peu moins de 90% de la surface du téléphone. L’objectif frontal est présent sous la forme de poinçon en plein centre en haut de l’écran. Choix curieux, le menton du téléphone est haut de quelques millimètres là où le front est quasi bord à bord à l’image des côtés.

En termes de résolutions, le smartphone embarque une dalle LCD à la définition HD+ de 1600 par 720 pixels, le tout dans un ratio de 20:9. Une configuration qui, si elle est loin du haut de gamme, est relativement confortable dans sa position de challenger de milieu de gamme.

De prime abord, les couleurs me semblent trop agressives, la faute à un mode saturé sélectionné par défaut. Un rapide tour dans les options et le tour est joué. Et en parlant d’options, ce Moto G22 propose un taux de rafraîchissement d’écran au choix de 60 Hz ou de 90 Hz. Si ce dernier fait partie des fers de lance du constructeur pour vendre ce modèle, son usage est relativement limité. Car avec un processeur MediaTek Helio G37 couplé à 4 Go de RAM, nous sommes loin d’avoir un avion de chasse entre les mains. En l’état, je ne vois pas l’utilité de forcer le téléphone en 90Hz, le gain de confort est trop léger pour la perte de batterie occasionnée.

Soyons honnêtes, il est impensable de jouer aux tous derniers jeux 3D sur ce Moto G22. Certes, les moins gourmands sont jouables, mais l’on voit bien que ce téléphone n’est pas taillé pour cela. En revanche, pour tout ce qui est jeux 2D et/ou qui ont déjà quelques années, le smartphone de chez Motorola s’en sort largement. D’ailleurs, en config minimum, de nombreux titres sont largement jouables. Là encore, il est bon de restituer la cible visée par le constructeur ici. Si nous avons déjà évoqué l’étrangeté d’avoir voulu intégrer un mode 90Hz pour une telle configuration, pour un usage modéré, le téléphone s’en sort. Comprenez par là que si vous n’êtes pas un gros joueur, ce Moto G22 peut tout à fait vous convenir dans un usage journalier.

Petit point sur le capteur d’empreinte latéral qui lui est tout à fait réactif. Une fois votre empreinte enregistrée, un simple passage glissé sans appuyer suffit à déverrouiller la bête. Une utilisation confortable qui change du lecteur arrière une fois la prise en main faite. De même, cela réduit le coût d’un lecteur façade caché sous l’écran.

 

Une autonomie solide

Avec sa batterie de 5000 mAh, le Moto G22 n’aura aucun mal à survivre loin d’une alimentation. Comme nous l’avons évoqué juste au-dessus, aux vues des composants embarqués, une telle batterie suffit amplement. Car n’étant pas un foudre de guerre, notre utilisation se contentera principalement à l’utilisation de messagerie, de navigations internet (et téléphoner cela va de soi). Dans ces conditions, je suis parvenu à tenir 2 jours et demi avant que le smartphone ne tombe. Je parle donc d’un usage limité à quelques fonctionnalités comme suivre mes comptes, regarder mes mails,…

Dans le cas où vous seriez un aficionados de l’usage de téléphone pour regarder des vidéos, la durée de vie sera fatalement plus courte. En regardant régulièrement du contenu vidéo dans une journée chill/canapé, je suis tout de même parvenu à tenir jusqu’au coucher.

Là encore, économie oblige, exit la charge rapide. En l’état, comptez un peu plus de 2 heures et demi pour une charge complète une fois la batterie totalement déchargée. Un score moyen mais qui, pour son secteur de milieu de gamme, n’a rien de choquant. On peut également noter l’absence de charge sans fil, toujours dans une course à l’économie.

 

Android 12… puis c’est tout (et c’est tant mieux)

Voyons maintenant la partie logicielle du téléphone. Dès le premier allumage, tout se présente sobrement et simplement. Et pour cause, Motorola a fait le choix d’une Rom Android 12 quasiment nue !
En effet, hormis quelques petits points relatifs à la gestion des mises à jour par exemple, nous sommes proche d’une version stock de l’OS. Comprenez par là que nous n’avons aucune surcouche, aucun logiciel supplémentaire. Un mal pour un bien.

Car si nous évitons les logiciels propriétaires supplémentaires de certains constructeurs qui peuvent s’avérer bien lourds, nous ne sommes pas pris par la main. A titre d’exemple, comme je vous l’indiquais à l’allumage de la bête, il m’a fallu régler le choix des couleurs, mais aussi foule d’autres choses. Car si nous avons ici toute la foule d’options disponibles par Android, il va falloir aller fouiller. Pour un utilisateur rompu à l’OS, il n’y aura aucun souci à paramétrer les raccourcis et d’autres éléments du téléphone. Mais pour l’utilisateur lambda, il y a fort à parier que les premiers jours vont se faire dans la douleur.

Test Motorola Moto G22

Quand je parle d’un mal pour un bien, comprenez que dans ce type de cas, il va vous falloir apprivoiser la bête. Mais une fois cet effort fait, vous voilà beaucoup plus maître de votre appareil. Exit les applications constructeur qui vous forcent la main dans certains cas, vous êtes libre d’utiliser ce que bon vous semble.

A noter qu’une mise à jour est disponible depuis peu et corrige quelques bugs tout en se calant sur la dernière mise à jour d’Android. Reste maintenant à espérer que dans cette configuration quasi nue, Motorola assure les mises à jour régulières.

 

Côté photo, il y a à boire et à manger

Le Moto G22 est bardé de différents capteurs pour son bloc photo. Soyons honnêtes d’entrée de jeu, la partie photo va se révéler moyenne. Moyenne mais loin d’être mauvaise. En effet, là encore, le constructeur est parti sur une solution brute de l’usage de son matériel. Si le mode automatique est loin de briller, en manuel, il est possible de faire quelque chose de bien.

Pas moins de quatre capteurs sont doc embarqués. Un capteur grand-angle qui affiche pas moins de 50 mégapixels. Un autre gérant l’ultra grand-angle de 8 mégapixels. Le tout secondé par un capteur macro et un capteur de profondeur de 2 mégapixels.

Test Motorola Moto G22

Première (mauvaise) surprise, la prise de photo se limite en réalité à un résultat de 30 ou de 19,2 mégapixels. En effet, les 50 mégapixels annoncés ne sont pas totalement exploités. Ensuite, le mode automatique peine à tirer partie de tous les capteurs. Mais il y a un mais. Si vous prenez la peine de passer en mode manuel, vous parviendrez à tirer quelque chose de ce Motorola Moto G22. Là encore, les menus sont sobres, pour ne pas dire archaïques et l’utilisateur lambda risque vite d’être perdu.

Pour continuer sur le mode automatique, tout n’est pas à jeter. En effet, dans de bonnes conditions d’éclairage, la partie photo s’en sort honorablement. Même en macro, avec un peu de patience, il est possible de faire des clichés corrects. En revanche, dans un environnement sombre, c’est une autre histoire. La faute à un stabilisateur trop peu présent peut-être. Mais en basse luminosité la photo se charge de bruit très vite. Là encore, le mode manuel sauve les meubles mais ne fait pas de miracles.

Petit point sur le module frontal de 16 mégapixels. S’il se suffit à lui-même lors d’un appel visio, il souffre des mêmes soucis d’optimisation que son grand-frère arrière. Un selfie/portrait en milieu bien éclairé sera donc possible mais dès que la luminosité baisse, place au bruit et au flou.

Capteur fontral

En résumé, la partie photo est loin d’être mauvaise mais aussi loin de briller. Le tout souffre d’un manque d’assistance pour le néophyte. Ce dernier se contentera certainement du mode automatique et pestera sur un rendu photo moyen – et même médiocre en basse luminosité. Certainement dans la logique de proposer une version quasi nue d’Android 12. Reste à espérer une mise à jour proposant une meilleure utilisation du matériel embarqué. Car sur le papier, les capteurs présents devraient être capables de mieux.

 

Dans la famille Moto G, je souhaiterais le moins cher

Peut-on exiger mieux lorsque qu’un mobile est affiché à 189€. Au regard de la concurrence certainement mais la proposition reste somme toute raisonnable pour une utilisation elle aussi raisonnable.

 

Conditions de test : Test réalisé à partir d’un Motorola G22 fourni par le fabricant. Il s’est étalé sur presque 3 semaines d’usage intensif. Ceci étant notre premier test de téléphone chez Winkco, nous ne disposions pas de tous les outils de tests permettant des analyses extrêmement détaillées. En place de cela, j’ai donc utilisé ce G22 en tant que téléphone principal à 100% afin de constater son retour sur usage “réel”. Je remercie donc Motorola d’avoir pu nous permettre de nous prêter à cet exercice.
Motorola Moto G22 : Une arrivée dans le milieu de gamme en dérapage contrôlé
Une arrivée en dérapage contrôlé dans le monde du milieu de gamme.
En voulant s’attaquer au marché du milieu de gamme, Motorola s'y prend maladroitement. Certes, pour la gamme de prix on pouvait difficilement s’attendre à mieux mais il y a un loup. Ou même plusieurs. Le choix de l’affichage à 90 Hz pour commencer. Aux vues des performances globales de l’objet, cette option est relativement peu utile. Ensuite, de par le choix du processeur, oubliez la plupart des jeux 3D récents. Idem pour l’appareil photo qui embarque une floppé d’objectifs mais maladroitement combinés.

Mais le constructeur parvient à se rattraper avec une autonomie plus que correcte dans le cas d’un usage léger du smartphone. De même, l’appareil photo, s’il ne brille pas en milieu sombre, parvient à être plus que correct dans un milieu bien éclairé. L’interface, sobre et bien que brute peut plaire à une gamme d’utilisateurs fatigués des surcouches à outrance.

En conclusion, nous voilà face à un téléphone qui, dans sa gamme de prix peut s'avérer correct mais attention, la concurrence fait rage. Si le constructeur avait été plus logique dans certains choix de concessions, nous aurions pu avoir un bien meilleur résultat. De même, une mise à jour logicielle pour une meilleure prise en charge des capteurs photos serait bénéfique.

En l’état, si vous n’êtes pas un aficionados du jeux sur mobile, et que vous recherchez une utilisation simple occasionnant une autonomie plus que correcte le rapport qualité/prix peut être intéressant. De même, gardez bien à l'esprit que nous parlons là d'un modèle dont le prix de départ avoisine les 180 euros.
Autonomie
Photo
Interface
Ecran
Performances
Les plus
Le prix.
La surcouche Motorola très légère.
Poids léger.
Prise Jack 3,5mm (devenue trop rare aujourd’hui).
Bonne autonomie dans le cas d’un usage modéré.
Appareil photo correct dans un milieu bien éclairé.
Résistance IP52 (Résistant poussière et éclaboussures).
Les moins
Performances légères.
Appareil photo mal exploité (surtout en mode automatique).
Une combinaison de composants non optimale.
Pas de charge rapide.
3.6

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Autonomie
Photo
Interface
Ecran
Performances
Note finale

Winkco, le clin d’oeil connecté

Découvrez l’actualité des objets connectés et plus largement de la tech.

Restons connectés !!
L'actualité des objets connectés en un clin d'oeil dans votre boîte.