Honda e

Honda e : esprit youngtimer 2.0

Test & avis sur la Honda e Advance 154 ch (113kW) 100% électrique

Longtemps absent de la catégorie des voitures 100 % électriques, malgré une expertise reconnue en matière d’hybridation, Honda aborde le segment avec une sympathique proposition rétrofuturiste nommée Honda e. Que vaut cette nipponne branchée ? Winkco a fait le test pour vous !

On vit une époque quelque peu désenchantée, pleine de « c’était mieux avant », surtout quand il s’agit d’automobiles. Sur les forums généralistes, les aficionados de « vraies » bagnoles (entendez qui crachent le feu) fustigent l’extinction qui les guette avec l’arrivée de plus en plus soutenue de ces « hordes barbares » d’électriques. Nouvelles venues qui, hormis les modèles haut de gamme, sacrifieraient soi-disant à l’aveugle le plaisir de conduire sur l’autel de l’autonomie et d’une austérité devenant la norme.

Permettez-moi de combattre ces préjugés, pour une raison simple. De tous temps il y a eu, et il y aura, des gardiens du temple pour que l’automobile, même si elle évolue, conserve et transfigure sa nature profonde « d’outil d’évasion ». Les ingénieurs automobiles (pour leur grande part) aiment l’auto, c’est ma conviction.

Tiens, en parlant de gardiens de temples, prenez Honda par exemple. Ces nippons pourraient s’offusquer face à la fameuse « horde », eux qui sont historiquement plutôt les maîtres des moteurs atmosphériques sous extasie (comprenez conçus pour offrir leur plein potentiel au-delà de 6000 tr/min, demandez un VTEC à votre dealer du coin ndlr) et les auteurs des mythiques déclinaisons Type R.

Eh bien…, non. Ils restent zens car ils ont compris que le plaisir automobile, c’est comme la vitrine d’un marchand de glaces : cela se décline en pleins de saveurs différentes.

Aux côtés d’une inoxydable Civic qui semble toujours aussi démonstrative quand elle s’habille de rouge, la citadine Honda e rejoint donc la gamme du constructeur et réussît le tour de force d’être l’une des voitures les plus avant-gardistes tout étant celle, aussi, qui rend le plus hommage aux aïeules. Prise de contact.

Vous avez dit rétrofuturiste ?

Quand je l’ai vue la première fois, je lui aurais bien collé un autocollant Pioneer en guise de pare-soleil. Il faut dire que cette petite diablesse de Honda-e joue à fond sur l’esthétique des années 80/90.

Hanches élargies façon R5 turbo, jantes noires glossy de 17 » taille basse 45 , calandre façon Civic de 1972,  phares ronds à mi-chemin entre une mini et une Trabant passée à l’ouest, empiècement de capot façon muscle car (cachant ostensiblement la prise), aucun doute la Honda E envoie du lourd et semble taillée pour les courses de côtes (ou pour un reboot de City Hunter). Surtout, et c’est assez rare pour être souligné, elle est l’une des rares voitures à avoir gardé l’âme de son concept-car Urban EV Concept.

Honda e Advance 154 ch (113kW) 100% électriqueCette maxi micro-machine (3,89 m de long) étonne aussi de profil, pas seulement pour ses gâchettes de portes à affleurement façon supercars, mais aussi par sa technologie.

Adieu rétroviseurs épais et disgracieux, bonjour caméras de série, whouah !

Un lecteur NFC est également logé dans le montant C et permettra d’ici fin 2021-2022 l’ouverture avec une clef virtuelle. Ce n’est pas pour rien qu’on l’essaye dans Winkco. 😉

Quitte à être confinés en intérieur, autant que ce soit avec style.

Portes ouvertes aussi, la Honda e fleure bon les années 80. Ceintures marrons comme on n’en fait plus, plastiques façon bois, lanières en cuir, jacquard sur les sièges et contreportes, volant à deux branches, aérateurs rectangulaires, aucun doute tous les codes de style de l’époque sont joués. Ce brave 21ième siècle revient gentiment vous coller une baffe et vous ramener à la raison lorsque vous démarrez la Honda E…

« Oh la vache, mais c’est énorme ! », non, ce commentaire ne vient pas d’une VHS tout aussi 80’s et gardée secrètement par notre rédac-chef (nous sachons :p ) ; mais bel et bien de l’habitacle, tant il est vrai que cet écran faisant toute la largeur de la planche de bord est impressionnant. Entouré des deux écrans des rétroviseurs (6’’) et de l’instrumentation numérique (8,8’’), il offre une vue panoramique sur toutes les fonctions de votre trajet.

Honda a fait fort, avec en réalité deux écrans de 12,3’’ chacun qui communiquent entre eux. Vous pourrez ainsi swapper d’un panneau (japonais) à l’autre avec votre copilote.

Entre le GPS et l’écran de sélection musicale par exemple plus besoin de choisir, vous n’aurez plus qu’à vous passer l’affichage. Mais le vrai luxe réside aussi dans l’aspect esthétique, voire ludique de la chose.

Quelle dinguerie d’afficher son aquarium d’intérieur au feu rouge, et de nourrir ses poissons virtuels devant les yeux ébahis des autres conducteurs !

Cet intérieur est de loin le plus accueillant et plus fou qu’il m’ait été donné de voir.

Et niveau son, c’est l’opéra à chaque chanson avec notre finition Advance : 376 watts, ampli externe, caisson de basses de 75 watts situé sous le siège arrière, huit haut-parleurs dont un haut-parleur central de 45 watts… de quoi bien couvrir le bruit des autres voitures ! Basses puissantes, son clair même à fort volume, chapeau ! J’y resterai bien confiné personnellement !

Et d’ailleurs je n’y serai pas seul puisque cet habitacle a été gratifié du prix du design au prestigieux Festival Automobile International. Une récompense largement méritée.

Là où l’on va, on a encore besoin de routes (et de bornes).

Au volant, cette Honda e se trouve être une sympathique bombinette. La propulsion (en voie de disparition sur ces formats) lui va comme un gant et sa répartition des masses 50/50 lui confère une belle agilité en piste, soutenue par une direction précise et informative. De quoi rêver aux courses de côte au temps des kakous de la Sainte Baume ou du Col de Vence. Son moteur de 110 kWh (154 ch) est coupleux (315Nm à 0 tr/min) et donne des sensations fortes même sans activer le mode Sport.

Bien qu’électrique oblige, la Honda E n’ait pas de boîte de vitesses, elle dispose tout de même de palettes au volant. Pourquoi faire ? Et bien pour faire varier en un tournemain le degré de récupération d’énergie et de frein moteur pardi !

Atypique mais on s’y fait, même si l’on préfère à ce niveau le mode « pédale active » qui permet de s’affranchir dans 98% des cas de toute intervention sur les freins.

Couverte d’assistances, cette petite Honda E sera difficilement amochée. Entre l’alerte de franchissement de voie avec correction de trajectoire, la détection de panneaux, le régulateur adaptatif, la détection de véhicules dans les angles morts et le freinage automatique à basse vitesse difficile de faire plus sûr. Chacun des éléments nécessitant d’ailleurs un petit temps de prise en main pour avoir conscience de leur ingéniosité.

Les manœuvres en ville seront un régal (malgré les imposantes jantes de 17 montées en taille basse). La Honda-e braque en seulement 8,6 m, même la Zoé ne fait pas mieux (10,6 m) !

D’autant que, bardée de caméras, la « e » fait le maximum entre la bird view, la vue de devant et derrière en deux modes et les caméras sur les angles. Difficile de faire plus complet.

Le must sera tout de même l’écran de visualisation de caméra de recul supplémentaire astucieusement dissimulé dans le verre du rétroviseur : faites commuter votre rétroviseur et voilà ! Vous avez une vue dégagée sur l’espace derrière vous. Particulièrement pratique quand votre coffre rempli obture votre pare-brise arrière.

Reste la question qui fâche… celle de la recharge. On ne va pas se mentir l’agilité et le tempérament de la belle joue forcément en sa défaveur au chapitre du rayon d’action. Les 177 km d’autonomie réels (210 km WLTP) permis par la batterie de 35,5 kWh de la Honda e peuvent sembler faibles en comparaison d’une Peugeot e-208 ou d’une Renault Zoé.

Pour se faire pardonner la petite peut se connecter aux charges ultra rapides Combo CCS de 100 kW (30 min) en plus de la classique prise de Type 2 (4h/5h de charge).

Alors certes, cela la condamne à une utilisation de second véhicule ou à un usage péri-urbain, mais on se consolera en profitant d’un contenu technologique de premier plan et d’un tempérament pour le moins sulfureux dans une enveloppe terriblement sexy.

Et après tout, les Français font en moyenne 50 km pour leurs trajets quotidien, il reste de la place pour le plaisir à défaut de pouvoir partir loin en vacances… On se console comme on peut !

Connectée à son époque.

Côté connectivité, la Honda e ouvre avec sa cousine Jazz une nouvelle voie dans les solutions de connectivité du nippon. L’application My Honda+ (iOS uniquement pour le moment) installée sur votre téléphone et le numéro de châssis VIN associé, c’est parti ! Vous aurez rapidement accès aux infos concernant votre Honda e.

Etat de fermeture des portes et fenêtres, charge en cours, pré-conditionnement de l’habitacle, les basiques sont maitrisés haut la main. Il est également possible (et c’est plus rare) de déverrouiller la voiture à distance ou d’activer l’avertisseur sonore pendant 30 sec, malin pour retrouver votre Honda e facilement dans un parking ou pour éloigner des gens indélicats.

 

Il est également possible d’autoriser un tiers sur le véhicule, ce qui lui permettra lui aussi de profiter de ces fonctionnalités. Pour la caution sécurité, une option de l’application (Pack Sécurité gratuit la première année puis 29€/an) permet de définir une zone de mouvement au-delà de laquelle vous serez notifié si votre véhicule la quitte . Malin pour garder le contrôle lorsque vous partez en vacances ou lorsque vous confiez la clé à vos enfants.

A bord aussi, la connectivité est de bonne facture puisque la Honda-e est compatible avec le duo Apple Carplay / Android Auto en USB comme en Bluetooth. L’intégration est fluide et bien réalisée.

Pour les plus exigeants des geeks, Honda a même prévu une prise de courant 230 V et une prise HDMI (!?), afin de brancher la console et d’avancer un petit peu son Yakuza à la pause déj. Les passagers arrière auront quant à eux accès à deux prises USB pour faire le plein de leur smartphone. Sympa !

On ne regrette que trois choses finalement au chapitre de la connectivité : c’est de ne pas pouvoir profiter du wifi à bord de ce côté-là de l’Atlantique (pas de carte SIM insérable et tarifs AT/T dissuasifs), que l’assistant vocal Honda (genre de Siri à bord) soit facturé en sus (49€/an), et enfin de ne pas avoir plus d’applis ludiques profitant du double écran (comme un Pong ou tout autre jeu), tant le système à double écran se prêterait bien à ce genre d’applis atypiques dans une auto.

Mini, sauce teriyaki.

Facturée à 35060 € en version 100 kW – 136 ch et 38060€ pour notre version Advanced de 114 kW – 154 ch, la Honda e n’est pas pour ainsi dire destinée à toutes les bourses. De part son format et son tarif, elle se positionne cependant en alternative très crédible à la Mini Cooper SE (affichant 30 ch de plus mais 45 Nm de couple en moins, pour un ticket d’entrée de 37600€) . Et ne comptez pas sur le conservateur british pour vous arroser du même niveau d’équipement de série, il faudra passer par la case options sans forcément arriver à une liste d’ingrédients comparables.

En regard, et malgré ses inconvénients, la Honda e semble offrir un bien meilleur retour sur investissement. Nul doute en tout cas que vous conduirez un sacré collector qui aura encore la cote dans 30 ans pour les youngtimers du futur !

Honda e
Honda e : esprit youngtimer 2.0
Verdict
La Honda e est une voiture atypique et clivante dont les inconvénients s'évaporent devant le charme de son look et de sa conduite de propulsion. Imparfaite, certes, mais terriblement attachante. Un gros coup de cœur qui redonne un peu de joie dans une période automobile bien triste !
Design
Autonomie
Connectivité embarquée
Application compagnon
Conduite
Les plus
Le look
L'équipement pour geeks (Caméra, HMDI, NFC, aquarium...)
La conduite
Les moins
L'autonomie
App MyHonda+ iOS uniquement
Assistant personnel en option
3.9
Afficher les commentaires (0)

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Design
Autonomie
Connectivité embarquée
Application compagnon
Conduite
Note finale

Winkco, le clin d’oeil connecté

Découvrez l’actualité des objets connectés et plus largement de la tech.

Plus d'articles
Nouveau drone Mavic 2 Enterprise
Nouveau drone Mavic 2 Enterprise : DJI a toujours une longue d’avance