A présent, vous lisez :
Nokia, pas si e-santé que cela !?

Nokia est en proie au doute. Il y a deux ans la firme finlandaise s’ouvrait les portes de l’e-santĂ© en absorbant la prometteuse sociĂ©tĂ© française Withings avec un engouement et une ambition qui prĂ©sageaient d’un bel avenir. Aujourd’hui le soufflĂ© retombe et Nokia rĂ©vise sa position sur sa division Health.

 

Un avenir incertain

Thermomètre, trackers d’activitĂ© & montres connectĂ©es, balances, tensiomètres, … Withings n’avait pas chĂ´mĂ© en matière de santĂ© connectĂ©e devenant le leader français de ce marchĂ©. Nokia s’Ă©tait alors laissĂ© sĂ©duire et avait rachetĂ© la sociĂ©tĂ© pour 170 Millions d’euros. Qu’en est-il aujourd’hui ?

C’est une note adressĂ©e aux investisseurs de Nokia qui a fait sourciller les aficionados d’objets connectĂ©s que nous sommes. Le groupe finlandais annonce vouloir rĂ©viser sa stratĂ©gie autour de sa branche Nokia Health dĂ©diĂ©e Ă  l’e-santĂ©.
Une rĂ©vision qui « pourrait ou non entraĂ®ner une transaction ou d’autres changements » dixit l’ex-number one de la tĂ©lĂ©phonie mobile.
En revanche les activités liées aux partenariats, brevets et licences technologiques ne seront pas impactés par cet examen.

Tous les scĂ©narios sont alors envisageables. Ce qui pouvait, au moment du rachat de Withings, passer pour le retour annoncĂ© de Nokia sur la scène du marchĂ© grand public pourrait devenir un virage Ă  180° vers le marchĂ© pro. Avec une once d’optimisme, les investissements de la division Health pourraient se voir renforcer.
Mais certaines annonces comme le stand-by de la montre Steel HR durant plusieurs mois ou l’abandon d’une fonctionnalitĂ© de la balance connectĂ©e Body Cardio, prĂ©figurent d’un tout autre avenir.
Lequel ? Les prochains mois nous le diront.

 

 

Cela vous a plu ?
Excellent
0%
Intéressant
50%
Pas mal
50%
Bof
0%
Bidon
0%
Au sujet de l’auteur
Anthony Isaac
Gadgetophile compulsif, j'essaie de gribouiller pour Winkco autant que faire se peut. Au plaisir de partager cela avec vous !
1Commentaires
Leave a response