Winkco sera présent à Virtuality 2019

Virtuality 2019, VR l’avenir et au-delà

Il y a quelques jours se déroulait l’édition 2019 du salon Virtuality dédié à la réalité virtuelle et augmentée.
On pouvait y collecter des infos sur le matériel, discuter des nouveautés entre passionnés et tester des jeux et autres applications VR.
Retour sur ce salon des technologies immersives.

 

La boule magique !

Pour bien commencer, petit tour du côté d’Otidea et leur flipper nouvelle génération.
Le joueur en VR est face à un flipper mécanique bien modélisé, et face à un flipper électronique dans la (vraie) vie (Descartes et Morphéus avaient-ils bien raison ?).
Un écran affiche le tableau du flipper en temps réel sur la machine physique, ce qui permet au spectateur de profiter de la partie.
« C’est malin » me dis-je, « il y a bien la place de mettre un PC dans un boîtier de flipper ! »
On retrouve le toucher si familier de la machine en ayant l’avantage de pouvoir changer de plateau de flipper à volonté. Le tilt n’était pas encore mis en place mais déjà conçu, m’a-t-on annoncé, et des mini-jeux seront très prochainement ajoutés.

otidea, le flipper NextGen
© Otidea – Flipper VR

 

Tire la trottinette, la trottinette cherra

We Are Social nous a surpris avec son Tower Defense  » Trottinator VR « . Le principe est simple : défendre le centre-ville contre les assauts de bikers en trottinette en posant des tourelles de défense, le tout dans une ambiance 80’s bien fluo.
Une très bonne idée pour l’utilisation de l’Oculus Quest puisque le joueur est situé au centre de la map, ce qui l’oblige à faire plusieurs tours sur lui-même pour surveiller toutes les arrivées des machiavéliques usagers de deux roues.

J’ai entendu plusieurs fois « Il y en avait plein derrière moi que je n’avais pas vu ! », un réflexe à prendre donc ! 😉
Dans la démo présentée, différents types d’ennemis défilaient et 3 types de tourelles étaient utilisables : une consommable, une à poser sur les routes et une dernière à placer sur les toits. Largement suffisant pour saisir le principe et s’amuser quelques minutes sur le stand.

 

Virtuality spaaaaaaaaaaaace !

On s’éloigne des jeux très colorés pour s’enfoncer dans le noir sidéral avec Orbital Views et leurs applications de découverte spatiale.
Était présenté sur le salon un voyage dans l’univers visible, partant de la Terre et vous éloignant de plus en plus, continuant bien au-delà de la voie lactée. Une prise de conscience qui nous rappelle à quel point nous ne sommes que poussière dans cette immensité.
Une autre application – à mon plus grand regret non installée sur le stand – propose de faire une randonnée sur la Lune, en reproduisant la sensation de faible gravité via un harnais. À suivre, donc !

 

Anakin Skywalker Simulator

Le meilleur pour la fin ! Le Studio Maybridge nous offrait un tour en parapente sur Paraglider VR. Un siège relié par câbles à des treuils, un ventilateur, un casque VR et des manettes suspendues, et nous voilà parti dans les nuages.

Avec les inclinaisons du siège, les sensations sont incroyables – étant déjà un féru joueur de Eagle Flight sur sol stable, je me suis bien amusé à raser les rochers et faire glisser mes pieds sur torrents et rivières. Les projections d’eau arriveront bien assez tôt d’ailleurs.

Mais quel lien avec Star Wars me direz-vous ?
Le studio offrait une seconde expérience toute aussi immersive : RacePod VR. Comme dans le premier opus de la saga des étoiles (mais sans l’utilisation de la coûteuse licence), on nous offre le privilège de piloter ces petits vaisseaux bi-moteurs.
Les sensations d’accélération et de vitesse sont bien présentes grâce à un fauteuil movible qui a du répondant – physiquement, on peut être malmené par notre conduite un peu violente.
L’immersion est là aussi bien réussie grâce à des commandes développées sur mesure : deux joysticks à l’utilisation très intuitive.

Je n’ai pas eu le temps de juger si le mouvement des deux fauteuils rendaient plus ou moins malade que sur sol meuble, mais ce qui est sûr, c’est que l’immersion est réussie et les sensations décuplées.

J’ai pu visiter d’autres stands, que ça soit AGP qui utilise la VR pour l’entretien du patrimoine dans le bâtiment, After-H côté e-sport qui ont construit une arène de jeu pour l’occasion (et qui avaient fait sensation à la Paris Games Week 2019), et CAHEM, un parc d’attraction VR qui proposait une immersion dans un monde médiéval fantastique.
J’ai aussi fait un tour de vélo chez Urban Expé, le tout en étant attaqué par des tentacules géants pour me ralentir.

J’espère vous retrouver sur le salon l’an prochain pour discuter de ce qu’on y trouvera et des nouveautés de l’année.
C’était Théo à Virtuality ces 21, 22 et 23 novembre 2019 à Paris, à vous les studios… et retour à la réalité.

Newsletter