Test du jeu Resident Evil 3 réalisé sur Playstation 4

Resident Evil 3, Capcom le roi du remake

Test du jeu Resident Evil 3 réalisé sur Playstation 4

Décidément, à l’aube d’une nouvelle génération de consoles, le marché du jeu vidéo semble plus que jamais tourné vers les remakes en cette année 2020.
Quelle que soit la machine, c’est une pluie de titres venus du passé que nous voyons. De qualités inégales voir discutables pour certains, tous ces remakes permettent aux joueuses et aux joueurs étant passés à côté de certains titres de les (re)découvrir.

Voilà donc que, un an après nous avoir surpris et régalés avec Resident Evil 2 Remake, Capcom remet le couvert avec Resident Evil 3.
Alors, le géant Japonais surfe-t-il sur la vague ou bien assure-t-il sa place de roi des remakes ?
Chargez vos manettes, tirez les stores, installez-vous dans le noir, on se reprend avec plaisir une dose de nostalgie horrifique !

 

Une échappatoire riche en rebondissements

Dès le lancement d’une nouvelle partie, l’intro en live-action (comprenez tournée tel un téléfilm) va ravir les nostalgiques. Véritable clin d’oeil aux origines de la saga, cette courte séquence annonce la couleur.
Passé cette madeleine de Proust, le jeu vous met aux contrôles de Jill Valentine, héroïne du premier opus dans une chambre d’hôtel de Racoon City.
Tout comme son prédécesseur, le titre fait le choix de réinventer le titre en modifiant quelque peu son déroulé. Je ne révélerais pas plus de détails sur le scénario, démarrant sur des chapeaux de roues !

Déjà lugubre dans le titre original, l’ambiance parvient à être plus noire et plus glauque.
Dès les premières minutes, tout va s’accélérer et vous comprendrez que le jeu est une fuite continue en avant.
Réduisant les énigmes à son minimum, le titre se positionne clairement dans un genre de survie.
Si le jeu est relativement accessible en terme de difficulté en mode (trop ?) facile, avec une restauration de la vie automatique, un nombre confortable de munitions et des ennemis peu résistants.
Dès le mode normal, le titre sera beaucoup moins sympathique avec votre avatar. Pour les plus courageux et les amateurs de challenge, deux autres modes de difficulté, Hardcore et Cauchemars vous pousseront dans vos derniers retranchements.

Test du jeu Resident Evil 3 réalisé sur Playstation 4

L’histoire de ce Resident Evil 3 se déroule à la fois avant et après Resident Evil 2.
Le Nemesis, monstre emblématique du titre original ayant même donné son nom en sous-titre à l’opus d’époque, est bien évidemment toujours de la partie et mettra vos nerfs à rude épreuve.
Indestructible, le monstre n’aura de cesse de vous poursuivre. Un des rares regrets du titre est que ce dernier paraît plus “scripté” que d’autres ennemis – son comportement sera de moins en mois imprévisible. Un petit défaut vite oublié cependant.

N’y allons pas par quatre chemins, le titre est court, très court même.
Lors de votre première partie, comptez 8 heures pour boucler l’aventure. Seulement, s’arrêter à un seul “run” serait une grave erreur.
Car lorsque vous finissez le jeu, vous obtenez une note mais aussi et surtout, vous débloquez de nombreux éléments comme des tenues ou de nouvelles armes via un magasin.
Parmi les objets débloquables vous aurez, en plus de l’armement, des items améliorant votre résistance ou facilitant votre progression. Et tout cela ne sera pas de trop pour relever certains défis de taille comme terminer le jeu sans utiliser de soins ou bien en moins de deux heures (!).

Les amateurs de défis seront au anges, car en plus des traditionnels trophées Playstation, le titre propose toute une liste de défis qui vous permettent de débloquer des artworks et autres modèles 3d du jeu.
Un contenu sympathique qui pousse à refaire le jeu pour l’explorer jusqu’au bout sans se lasser. Une durée de vie qui dépendra donc de votre profil de joueur.

Test du jeu Resident Evil 3 réalisé sur Playstation 4

 

On en prend plein les yeux ?

Sans conteste un des plus beaux jeux de sa génération, Resident Evil 3 exploite parfaitement le moteur RE Engine de chez Capcom. Déjà utilisé pour son prédécesseur ainsi que pour Devil may cry 5, il continue de faire des merveilles.
Les textures sont belles avec un bon niveau de détails tout en conservant une excellente fluidité et ce, même sur PS4 “fat”. L’ambiance se veut très sombre donc ne vous attendez pas à une explosion de couleurs.

Tous ces points techniques servent un design tout aussi soigné que le précédent remake. Ainsi, l’apparence de Jill, Carlos ou encore Nicholai pour ne citer qu’eux a gagné en réalisme sans dénaturer les personnages d’origine.
Si certains personnages ont juste vus leur garde robe refaite, d’autres comme Carlos voient carrément un changement de coupe de cheveux. Les lieux quant à eux parviennent à conserver le look et l’ambiance de l’original.

Même constat côté bestiaire, la revisite des ennemis fonctionne parfaitement – avec une mention spéciale pour les Hunters Beta et Gamma, particulièrements réussis. Les zombies, semblablent à l’opus précédents sont toujours aussi réussis. Leur look décharné fonctionne toujours à merveille.

Vous l’aurez compris, sur le plan technique le jeu réalise un sans faute. Encore plus réhaussé sur PS4 Pro, le jeu est déjà très beau et fluide sur PS4 “fat” où je n’ai noté aucun ralentissement durant mes tests.

Test du jeu Resident Evil 3 réalisé sur Playstation 4

 

Esquive ! Prouve que tu existes !

Tout comme pour le remake du précédent opus, Capcom a fait le choix de placer la caméra au niveau de l’épaule de votre avatar.
En terme de gameplay, ce Resident Evil 3 parvient à faire mieux que son aîné par le “simple” ajout d’un mouvement d’esquive.
Ce mouvement change complètement la donne et fluidifie le jeu. Vous permettant un style de jeu plus audacieux, il rend le titre un peu plus tendu et récompense la prise de risques.
En effet, bien que cela ne soit pas clairement expliqué, un mouvement d’esquive réalisé avec un timing parfait fera ralentir le jeu d’une petite seconde, vous octroyant du temps précieux pour finaliser une esquive, préparer une contre attaque ou ajuster un tir.

L’action prend le pas et transforme la peur produite par le titre original en stress lié à la survie. Un changement qui n’est pas désagréable et qui vient en accord avec l’évolution du jeu. Le titre original était, souvenez-vous, en 3D précalculée avec des angles de caméras prédéfinis. Ainsi la peur de ce que l’on ne voit pas fait place au stress d’esquiver ce que l’on cherche du regard.

Toujours en terme de gameplay, nous retrouvons le même inventaire que le remake précédent, à savoir quelques emplacements sur votre personnage et des coffres disséminés de ci de là au fil du jeu, tous interconnectés comme à l’époque.

Test du jeu Resident Evil 3 réalisé sur Playstation 4

 

Staaaaaaaaars!!!!!

Coté bande-son, Capcom s’est de nouveau surpassé. Que ce soient les sons d’ambiance ou les musiques, je ne peux que vous conseiller fortement de jouer avec un bon casque pour vous assurer de bonnes sessions de jeu.
Musiques fortes utiles d’ailleurs car annonciatrices d’événements… si elles s’emballent ou bien se coupent complètement pour insister sur un bruit de fond, c’est que quelque chose vous attend.

Les cris des ennemis sont eux aussi très bons mais si cela peut paraître anecdotique, sachez que le cri du Nemesis, quelle que soit la langue, est plus mou que l’original. En revanche, très bonne surprise du côté du doublage français, de très bonne facture, il aide à s’imprégner du titre.

 

Condition du test : Test réalisé sur Playstation 4 en format physique à partir d’une version gracieusement fournie par Capcom. Les captures d’écran proviennent du Press-Kit officiel. Joué principalement au casque pour une meilleure immersion. Je dois vous laisser, je vais aller tenter le mode cauchemar à grands coups de lance roquettes que je viens de débloquer !!!
Test du jeu Resident Evil 3 réalisé sur Playstation 4
Resident Evil 3, Capcom le roi du remake
Capcom, les rois du remake ?
Avec ce Resident Evil 3 remake, Capcom s'affirme plus que jamais en roi des remakes. A peine un an après Resident Evil 2 Remake, voilà qu’ils réitèrent l’opération. Alors, oui, le jeu est court et passer à côté de l’aspect “scoring” réduira grandement le nombre d’heures de jeu.
LE plus gros absent de ce remake n’est autre que le mode mercenaire, remplacé par Resident Evil Resistance qui fera l’objet d’un test à part entière à paraître prochainement sur Winkco.

Mais avec ses graphismes magnifiques et fluides, sa jouabilité au poil et son ambiance de fuite permanente, nous sommes là face à un excellent jeu pour qui aime mettre ses nerfs à rude épreuve.
Un jeu qui plaira aussi bien aux amateurs du genre qu’aux fans de la saga !

Son plus gros défaut au final est de devoir passer après Resident Evil 2 Remake, qui avait réussi à nous surprendre.
Mais quand la recette fonctionne, il serait dommage de se priver.
Les plus
Techniquement excellent
Un bon rythme entre exploration et stress
Une VF agréable
Un gameplay confortable
Un contenu conséquent via la replay value
Les passages avec le Nemesis sont toujours haletants
Un bon remake qui ne dénature pas l’original
Les moins
Le cri du némésis, moins marquant qu’à l’époque
Plus court que l’original
Disparition du mode mercenaire
Dur dur de passer après Resident Evil 2
4.2

Winkco, le clin d’oeil connecté

Découvrez l’actualité des objets connectés et plus largement de la tech.

Plus d'articles
Hello Egg, l'assistant intelligent dédié à la cuisine
Hello Egg, le commis de cuisine connecté !