Cadence of Hyrule – Faites péter les watts !

Test du jeu Cadence of Hyrule sur Nintendo Switch

La saga des Zelda, codifiée à l’extrême pendant des années, a fini par s’ouvrir.
Que ce soit par ses déclinaisons multi-joueurs sur le Game Cube, sa variante jeu de tir à l’arc sur Wii ou encore le spin-off beat’em’all Hyrule Warriors pour ne citer qu’eux, la série a su explorer de nouveaux terrains.
Voilà donc qu’aujourd’hui sort (enfin) en version physique, le spin-off de la saga chère à Nintendo, j’ai nommé Cadence of Hyrule !
Sorti il y a déjà plus d’un an, pourquoi s’y intéresser ?

Et bien tout d’abord parce que le titre est désormais disponible en version physique après ne l’avoir été qu’en dématérialisé. Mais aussi et surtout car cette version se voit affublée de tous les contenus téléchargeables payants.
Voilà donc que Cadence of Hyrule : Crypt of the NecroDancer feat The Legend of Zelda de son petit nom complet débarque dans sa version ultime. Et chez Winkco, on est pas déçus d’avoir attendu !

Test du jeu Cadence of Hyrule sur Nintendo Switch

 

Depuis la crypte d’un Nécrodanseur ?

Le nom à rallonge du titre ne vous aura pas échappé. Nous sommes ici en présence d’un spin-off de la saga Zelda mais aussi du titre Crypt of the NecroDancer. Si ce dernier vous est inconnu, sachez qu’il s’agit d’une petite pépite indé qui a d’ailleurs eu droit à sa déclinaison sur la console hybride de Nintendo.
Développé par Brace Yourself Games, un studio Canadien situé à Vancouver, les concepteurs nous reviennent ici avec un cross-over complètement inattendu et bourré de surprises.
Après nous avoir régalé avec de véritables pépites, le studio parviendra-t-il à nous régaler de nouveau ? Et bien OUI ! Voyons cela ensemble.

 

Vrai Zelda ou faux cross-over ?

Alors que Cadence, l’héroïne de Crypt of the NecroDancer se retrouve propulsée dans une contrée qui lui est inconnue, voilà qu’elle doit choisir qui réveiller entre Link et Zelda. Démarre alors une quête contre le sorcier Octavo qui, par le biais d’un luth magique, a endormi toute la population d’Hyrule.

Avec cette courte introduction, vous comprendrez que ce Cadence of Hyrule, si il ne fait pas la part belle au scénario, va venir puiser dans toute la mythologie de la saga phare de Nintendo pour étayer son bestiaire et ses environnements.
En effet, le titre de Brace Yourself Games va ici présenter un melting-pot des plus copieux de tout ce que la saga Zelda a su produire.
Que ce soient les ennemis, les lieux mythiques et surtout, les musiques !
Ainsi, après avoir choisi avec qui vous allez commencer l’aventure, vous allez devoir libérer Hyrule du mal qui la ronge.

Nous voilà donc dans un “classique” déroulé donjon/boss/équipement. Mais la partie “classique” d’un Zelda s’arrête là.
Cadence of Hyrule n’est pas un simple jeu d’aventure, il s’agit d’un rogue-lite couplé à un jeu de rythme.
Pour le côté rogue-lite, comprenez que vous allez mourir souvent et qu’à chacune de ces morts, vous perdrez une partie de vos consommables et rubis.
Mais ne vous découragez pas pour autant car une partie de votre inventaire ainsi que les fragments de coeurs obtenus le sont définitivement. Nous ne sommes pas là face à un rogue-like où toute mort est définitive. Et oui, vous avez bien lu, nous parlons bien ici de jeu de rythme.
J’y reviendrai plus loins dans mon test.

De même, chaque partie verra une grande majorité de son contenu généré aléatoirement. Si certains éléments resteront dans des zones relativement proches régulièrement, tous les donjons seront différents à chaque partie. Offrant une belle rejouabilité au titre en plus de son potentiel de speed-run et de scoring.

Vous aurez donc à chaque partie, ou run, à explorer quatre donjons avant de pouvoir débloquer l’accès au château d’Hyrule et enfin, affronter Octavo.
Si le contenu de base peut paraître maigre, comprenez bien qu’il s’agit d’un genre de jeu basé sur le fait de boucler encore et encore des partie afin de débloquer du contenu et explorer le maximum.
Et la composante aléatoire des niveaux peut changer du tout au tout votre approche de certains lieux ou événements.

Mais comme je disais en introduction, si nous nous intéressons à ce Cadence of Hyrule aujourd’hui, c’est qu’en plus de toute l’expérience de base, la version physique est accompagnée de tout le contenu supplémentaire sorti.
Ainsi, le premier pack ajoute de nouveaux personnages qui vont, pour certains, complètement chambouler le déroulé de la partie tout en proposant de nouveaux challenges.
Le second pack ajoutait quant à lui une flopée de nouvelles musiques. Un ajout qui peut sembler léger mais détrompez-vous, j’en reparle plus loin dans ce test, les musiques, composantes essentielles du titre, sont formidables.
Le dernier pack ajoute une toute nouvelle aventure en vous mettant dans la peau du célèbre Skull Kid de Majora’s Mask.

Un contenu qui est donc plus que conséquent et qui assure de nombreuses heures de jeu.

 

Ca rock du pixel !

Comme vous l’avez déjà remarqué via les captures d’écran, le titre aborde un style 2D proche de ce que l’opus Minish Cap avait pu proposer sur Game Boy Advance – un design rondouillard voir cartoon.
La fluidité du titre est constante et, si il peut manquer d’ambitions visuelles, il sait se faire beau.

Il est bon de noter que les boss parviennent à surprendre, de par leur taille et leur design.
Dans l’ensemble, c’est un sans faute pour peu que l’on soit sensible au charme du rétro. Loin de rechercher la claque visuelle, ce Cadence of Hyrule parvient à rester charmeur et coloré tout du long de l’aventure qu’il propose.

 

T’as le rythme dans la peau ?

Comme je vous le disais plus tôt, ce Cadence of Hyrule est avant tout basé sur le rythme.
Si vous n’êtes pas familier du jeu Crypt of the Necrodancer, titre qui partage donc ce featuring, sachez que vous allez devoir tendre l’oreille et taper du pied pour garder le rythme.

Une barre de pulsations se trouve en bas de l’écran pour vous aider à saisir le rythme de chaque morceau.
Car pour chaque déplacement, pour chaque coup d’épée ou que sais-je, si vous le faites sur la bonne pulsation, vous en serez récompensé. Sachez tout de même que pour les plus réfractaires, il est possible de désactiver les pulsations, mais cela enlève tout le charme du titre.

Quel plaisir de parvenir à se déplacer et à frapper sur le rythme des musiques endiablées que propose ce Cadence of Hyrule.
De même, sachez que les ennemis sont soumis à la même logique de déplacement. Ainsi, vous devrez apprendre les patterns, ou logique de déplacement, de chaque ennemi afin de les surprendre et/ou les esquiver.
Si la jouabilité du titre peut surprendre, on s’y adapte rapidement. Très vite, vous ne regardez plus la barre de pulsations et vous enchaînez les ennemis au rythme de la musique.

 

Alors on danse… en se cognant dessus !

La musique du titre est un point essentiel. Qui dit jeu de rythme dit musique et pour le coup, la qualité est au rendez-vous.
Les musiques du titre de base ont été réalisées par Danny Baranowsky.
Ce nom ne vous est certainement pas inconnu car, du haut de ses 36 ans, l’artiste a déjà un nom qui pèse lourd dans le milieu de la musique.

Avec des compositions et des remixs produits pour des titres comme Super Meat Boy, Binding of Isaac ou encore Crypt of the NecroDancer pour ne citer qu’eux, il a su prouver son talent à de nombreuses reprises.
Et une fois encore, il sait faire mouche en remixant des thèmes existants, les passants à la moulinette chiptune/16-bits tout en conservant la touche originelle des oeuvres.
Les morceaux ainsi réalisés sont un quasi sans faute et la bande originale du jeu devrait pouvoir trouver sa place dans votre playlist pour un sacré moment.

Mais avec les extensions qui se sont greffées au jeu de base, de nouveaux morceaux sont apparus.
Composés par Jules Conroy, Alex « A_Rival » Esquivel, ou encore Chipzel, là encore, on frôle le sans faute.
Toujours dans une mouvance chiptune mais avec une pointe de rock’n’roll supplémentaire, les morceaux ainsi ajoutés s’intègrent parfaitement.

Les bruitages, eux, bien que finalement en retrait face à la bande son (et pour cause) sont également de qualité.
Eux aussi dans une mouvance rétro, on retrouve aussi bien le bruit mythique des rubis que celui des jarres que l’on casse.
L’ensemble sonne parfaitement rétro et est cohérent avec le reste du titre. Là encore, un quasi sans faute pour ce jeu basé sur le rythme et donc, sa musique, que ne saurait que trop vous conseiller de jouer au casque pour un plus grand confort.

Conditions de test: Test effectué sur une version physique personnelle. Une Quinzaine d’heures ont été nécessaires pour le test. Les captures proviennent du press-kit officiel. Clairement un coup de cœur pour ce qui est un des meilleurs spin-off de la saga Zelda (en attendant le prochain Hyrule Warrior ?).
Cadence of Hyrule – Faites péter les watts !
Sans fausse note ni faux mouvement.
Cadence of Hyrule est un très bon jeu en plus d’être une bonne surprise.
Sa déclinaison en jeux de rythme était un pari risqué mais relevé haut la main. Ce featuring avec Crypt of the NecroDancer est aussi inattendu que diablement efficace.
Si vous avez aimé ce dernier, nul doute que vous aimerez ce Cadence of Hyrule.

Dans le cas contraire, je ne saurais que trop vous conseiller d’y jeter un œil (et une oreille) ne serait-ce que par le biais de la démo disponible sur le shop de Nintendo.
Par ailleurs, sachez que cette version physique revient moins cher que d’acheter le titre de base en dématérialisé accompagnée du season pass regroupant tous les DLC.

Pour être honnête, à moins d’être totalement réfractaire au style jeu de rythme, ce Cadence of Hyrule ne souffre de presque aucun défaut !
Pour les fans de la saga Zelda, ce titre est un incontournable de cette fin d’année pour patienter d’ici la sortie de Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau et enfin, de la suite tant attendue de Breath of the Wild ! ^^
Les plus
Cette bande son mes amis !!!
Un style de jeu accessible malgré son coté atypique
Le jeu et ses DLC réunis
Un contenu quantitatif et qualitatif
Un style graphique efficace et agréable
Le modèle aléatoire qui assure un certain renouvellement à chaque partie
Les moins
Un style de gameplay qui peut rebuter
Le calibrage sonore et visuel, parfois à revoir
4.5

Winkco, le clin d’oeil connecté

Découvrez l’actualité des objets connectés et plus largement de la tech.

Plus d'articles
ARCHOS Urban eScooter, le moyen de transport résolument urbain