A présent, vous lisez :
Signée with Concierge : Vous avez un message… postal

Ras le bol des allers-retours incessants vers la boîte aux lettres lorsqu’un courrier se fait attendre ? La start-up Concierge en collaboration avec le fabricant français de boîtes aux lettres Signée répond à cette « exaspération » en lançant une BAL* connectée capable de notifier l’arrivée d’une lettre ou d’un colis via le smartphone.

 

C’est dans la boîte

L’idée est ingénieuse, le concept très simple. Connecter une boîte aux lettres en trackant l’ouverture de la porte et celle du volet à l’aide d’un petit capteur, c’est en substance l’objectif de la start-up Concierge que l’on connaît déjà pour son produit éponyme dédié à la Smart Home.

Le but de cette boîte aux lettres connectées est donc de nous notifier et distinguer, via l’application mobile dédiée ou un changement de couleur de votre éclairage intérieur, l’arrivée d’un courrier ou d’un colis.

Ici on n’utilise pas le Wifi mais du PicoWan – un réseau sans fil bas débit « collaboratif » développé par Archos à destination des objets connectés. Cette technologie permet la création d’un réseau étendu longue portée puisque chaque passerelle installée chez l’usager (module prise relié au réseau domestique) fait office d’antenne relais.
Un choix de techno motivé par les problèmes de portée du Wifi et par les aspects moins énergivore du PicoWan – d’autant que ce type d’installation ne nécessite pas une connexion permanente.

« Signée with concierge » sera disponible dès la fin de l’année au prix plus que compétitif de 69 euros.

 

Pour en savoir plus sur cette boîte aux lettres connectée, nous avons interrogé Lionel Debruyne, CEO de Concierge.

Lionel, qui êtes-vous et quel est votre parcours ?

Lionel Debruyne - CEO de ConciergeAprès 10 années passées dans l’entreprise familiale Scell-it en tant que directeur marketing, j’ai créé en 2008 Siyour, un distributeur d’innovations pour la maison.
En 2012, je m’intéresse à la Smart Home pour mes besoins personnels et je sens bien le potentiel du marché.

Suite à une première rencontre avec Fred Potter, le fondateur de Netatmo, je décide donc de distribuer ces produits notamment auprès des grandes surfaces de bricolage. Parallèlement à Siyour, je lance le projet Concierge avec pour objectif de simplifier la gestion de son logement en son absence. Arrive rapidement l’idée d’un objet qui piloterait les autres grâce à son intelligence, le bouton Concierge est né.

Qu’est-ce qui vous a poussé à lancer cette boîte aux lettres connectée en collaboration avec « Archos » ?

En réalité mon projet de boîte aux lettres connectée est à l’origine du projet initial Concierge. D’ailleurs, un concierge est celui qui réceptionne votre courrier ou votre colis en votre absence. Mais je butais sur le coût trop élevé d’une passerelle wifi/868 mhz, car le marché ne veut pas d’une boîte aux lettres à plus de 100€. L’accord que nous avons trouvé avec Archos pour utiliser leur réseau Picowan nous a permis d’avoir enfin un produit accessible à tous (69€) ce qui rend le projet désormais viable.

Qu’est-ce qui fait sa singularité et plus généralement celle des produits Concierge ?

Concierge souhaite une Smart Home la plus ouverte possible. Il est impossible pour le consommateur d’adopter massivement celle-ci, s’il doit choisir un protocole ou rester enfermé dans une marque. Heureusement, la plupart des marques d’aujourd’hui l’ont bien compris. Notre objectif est de rendre la maison connectée simple et accessible à tous (et pas uniquement les geeks).

On sent chez Concierge la volonté de créer un écosystème autour de la Smart Home, quelles sont vos ambitions à long terme ?

La Smart Home est une première étape pour offrir plus de services à ses occupants. Devenir le « Concierge » de la maison c’est quelque part être le « Netflix » du service à domicile, mais nous avons encore beaucoup de chemin pour y arriver. Notre feuille de route est écrite pour au moins les 5 prochaines années (je déteste m’ennuyer).

Avec un marché de l’Internet des Objets à la fois fleurissant et truffé d’embûches, Comment voyez-vous son avenir ?

Il n’y a pas de marché de l’internet des objets, mais un marché pour des objets intelligents qui améliorent la protection de son logement ou la livraison à domicile par exemple. Quand on achète une caméra, c’est pour son intelligence à mieux protéger son logement en son absence pas parce qu’elle est connectée.

(*) BAL = Boîte aux lettres

Cela vous a plu ?
Excellent
57%
Intéressant
29%
Pas mal
0%
Bof
0%
Bidon
14%
Au sujet de l’auteur
Anthony Isaac
Gadgetophile compulsif, j'essaie de gribouiller pour Winkco autant que faire se peut. Au plaisir de partager cela avec vous !
Commentaires
Leave a response