Test des Gemini, les premiers écouteurs True Wireless de Devialet

Devialet Gemini : un petit pas pour l’homme, un grand pas pour les intras

Test des Gemini, les premiers écouteurs True Wireless de Devialet

Je vous passe le sempiternel refrain sur l’offre colossale proposée par le marché des écouteurs True Wireless. Les annonces de nouveaux produits pullulent jusqu’à en devenir « blasantes » et pourtant il y a toujours une marque pour laquelle on s’enthousiasme.

Pour ma part, mon attente se focalisait sur Devialet. Il y a plus de 5 ans, la marque française bouleversait le paysage audio en proposant une enceinte connectée haut de gamme devenue iconique : la Phantom.
Il n’est donc pas surprenant de voir la marque s’exercer à la conception d’écouteurs sans fil. Après une sortie précipitée occasionnant des problèmes logiciels et une suspension des ventes durant quelques mois, les écouteurs Gemini sont arrivés à maturité pour des premiers pas qui semblent prometteur.

En arborant le nom d’un programme spatial qui a fait le succès de la Nasa, Devialet semble viser la lune avec ses écouteurs True Wireless.
Alors est-ce présomptueux ou justifié ?

 

Allô Houston ! Ici Gemini

Soyons clair avant même le déballage, l’offre des Gemini est premium.
Proposés à 299€, ces écouteurs intra-auriculaires forgés par Devialet s’inscrivent, au regard du marché, dans la fourchette haute.
Au-delà de ce préjugé tarifaire simpliste, le positionnement s’explique surtout par l’image de marque de cette société française bâtie sur 15 années d’ingénierie acoustique mais aussi par les technologies engoncées dans ces bourgeons.
En effet, les Gemini, dotés d’une surface tactile pour leur contrôle, proposent la réduction de bruit active (ANC), un mode transparent ajustable, une architecture unique et pas mas de technologies homemade brevetées dont l’Ear Active Matching (EAM®) qui détecte en temps réel la forme du canal auditif du porteur et adapte automatiquement le signal pour une expérience auditive équilibrée et immersive.

Côté design, les écouteurs transpirent le premium avec une qualité de finition à saluer, un minimalisme assumé et son clin d’œil à l’emblématique enceinte de la marque.
Miniaturiser à l’excès toutes ces technos relèverait presque de l’impossible si bien qu’en apparence ces Gemini semblent un chouia imposants dans la main.

Test des Gemini, les premiers écouteurs True Wireless de Devialet

Pourtant ce sentiment se volatilise une fois les écouteurs positionnés dans l’oreille. Ils épousent parfaitement le pavillon et leurs surfaces planes confèrent un encombrement moins important lorsque les écouteurs sont en place. Ce mélange de satiné / mat mêlé à une surface finement « logotée » rend la proposition très discrète.

Les Gemini sont bien entendu fournis avec un boîtier de recharge plastique assez massif et de bonne facture. Cet étui dispose de la recharge sans fil Qi et d’un connecteur USB-C pour la recharge filaire.
L’ouverture du boîtier se fait en glissant sa surface vers le haut. Au-delà d’être originale, elle rend son utilisation plus pratique et, à l’instar d’une charnière, plus robuste à l’usage.
Les écouteurs y sont parfaitement maintenus puisque aimantés. On ne craindra donc pas une perte des écouteurs en manipulant l’étui ouvert. Leur forme et les défonces de l’étui permettent une bonne préhension des écouteurs.

Dernière petite surprise de Devialet et pas des moindres, la batterie du boîtier est amovible pour envisager son remplacement.

Test des Gemini, les premiers écouteurs True Wireless de Devialet

 

Une pantoufle acoustique et technologique

Les équipes de Devialet n’ont pourtant pas pantouflé en réalisant ces Gemini. La marque française s’est appliquée à développer des écouteurs confortables pour une expérience de port et d’écoute presque inégalées.
En règle générale, les écouteurs intra-auriculaires disposent d’une isolation passive plus ou moins performante. Une fois ces écouteurs à l’oreille, elle permet de minimiser naturellement une grande partie des bruits environnants en obstruant le conduit auditif. Ce phénomène occasionne souvent (pour les solutions les plus hermétiques) une occlusion auditive – ce sentiment d’étouffement du son et de compression que vous avez peut-être pu ressentir avec ce type d’écouteurs.

Test des Gemini, les premiers écouteurs True Wireless de Devialet

Pour palier à cela, Devialet a donc développé sa propre architecture en brevetant un système à 3 évents de décompression.
Baptisée Pressure Balance Architecture (PBA®), elle permet de limiter la compression statique de l’air lorsque l’on insert l’écouteur dans l’oreille.
Schématiquement, l’air du conduit auditif est en mesure de circuler vers l’extérieur via le système d’évents. Selon la marque, cette architecture permet d’améliorer la sensibilité en basses fréquence des transducteurs de 10mm de diamètre.
Mais en « libérant » l’air, qu’en est-il de cette isolation passive ?
En adaptant les bons embouts silicones parmi les 4 fournis (XS/S/M/L), j’ai trouvé l’isolation passive excellente – soutenue par cette agréable sensation de ne pas se sentir enfermé.
Et quand bien même elle ne suffirait pas, les Gemini disposent de la réduction active de bruit.

Concernant leur tenue, rien à redire. Certifié IPX4, ils sont parés pour le sport. Dans la pratique, je n’ai pas eu à déplorer de chutes.
Confortables et légers (8g), vos oreilles pourront les accueillir durant plusieurs heures d’affilées. Sur ce point, je conseille toujours de les essayer, le confort dépend beaucoup de votre morphologie d’oreille.

Test des Gemini, les premiers écouteurs True Wireless de Devialet

 

Pas de promotion sur la réduction

C’est peut-être ce qui caractérise et pourrait démarquer ces écouteurs de la concurrence.
La réduction de bruit active des Gemini est tout bonnement excellente.
Activée via l’application mobile Devialet Gemini ou en exerçant un appui long sur la surface tactile des écouteurs, son efficacité selon les situations est assez bluffante.
Il est d’ailleurs possible via l’application de paramétrer son intensité : faible ou élevée. Un mode avion est également disponible. Il atténuerait les très basses fréquences en dessous de 150 Hz (bruits moteur). Bien entendu, impossible de juger son efficacité puisqu’aucun voyage n’a été effectué durant mon test… à mon grand désespoir 🙂

En mode élevé, l’ANC est vraiment performante et efficace. Le trafic, les ambiances des open-space, les transports, … tout est vraiment bien atténué, jusqu’à 40 dB en réduction sur une belle bande de fréquence. Alors ces 40 dB je ne peux les attester faute de mesure mais on doit fortement s’en approcher.

Pour obtenir cette prouesse, Devialet mise sur une double suppression de bruit – un système hybride qui adopte à la fois une réduction du bruit par rétroaction et une réduction du bruit par anticipation. Cela permet d’étendre la réduction de bruit sur une plus large bande de fréquence, d’où son efficacité.
Je vous conseille d’emblée d’utiliser le mode élevée d’autant qu’il n’est pas beaucoup plus énergivore (nous reviendrons là-dessus). Le mode faible peine à gommer certaines fréquences.

Test des Gemini, les premiers écouteurs True Wireless de Devialet

Qui dit réduction numérique de bruit dit dans certains cas mode Transparent. Ce mode vous permet de profiter de votre musique tout en restant attentif aux événement autour de vous. Ici le système embarqué par les Gemini est plutôt performant.
Activé avec un appui long en débrayant l’ANC, il a l’avantage de ne pas dénaturer les voix et rend donc les conversations fluides et naturelles.
La ventilation à la maison est bien présente également. Certains bruits seront plus difficiles à identifier mais dans l’ensemble, la fonction fait le job.
Comme pour la réduction, deux modes de transparence « Faible » et « Élevée » sont disponibles. Je n’ai pas eu l’oreille assez fine pour déterminer la différence. Le mode « Faible » a tendance à assourdir certains sons.

 

écoutez comme vous êtes !

Parlons de l’audio !
Sur ce point, Devialet nous livre un produit de haute voltige et ne faillit pas à sa réputation en terme de qualité audio. Puissants et dynamiques, il faudrait faire la fine oreille pour ne pas apprécier les subtilités de ces écouteurs.
La signature est ample, chaleureuse et clairement soutenue en basse. Pour certain.e.s, il faudra probablement égaliser le son via l’application pour tempérer ces basses qui envoient. Profondes et puissances, avec un peu d’équilibrage elles font mouche.
Les médiums sont une vraie réussite selon moi. Ils équilibrent parfaitement la proposition et sont d’une belle précision. Ils rivalisent avec les graves, non pas pour exister mais pour compléter la richesse de la signature sonore.
Ce qui est un peu moins le cas des aigus qui manquent parfois de précision sur certains titres et n’atteignent pas l’excellence des autres fréquences. Mais dans l’ensemble avec une fine égalisation, les Gemini frappent à coup sûr… je pinaille clairement pour ces aigus.

Test des Gemini, les premiers écouteurs True Wireless de Devialet

Et si vous êtes adepte de la puissance, sachez que les écouteurs en ont à revendre. Pas de saturation à fort volume et déjà un gros gain à 50% en revanche si vous maintenez ce niveau, l’omniprésence des basses pourrait vous épuiser.

Au-delà de cette signature et comme évoqué plus haut, Devialet a développé plusieurs technologies brevetées pour apporter à ses écouteurs une meilleure expérience auditive et immersive.
Afin d’adapter automatiquement la musique au placement de l’écouteur et ainsi fournir une égalisation optimale en toute circonstance, la marque utilise un algorithme maison nommé EAM® (Ear Active Matching).
Il corrige le signal audio transmis en mesurant (10 000 fois par secondes) les fuites acoustiques via le micro interne pour adapter l’égalisation en conséquence.

 

L’expérience Gemini : Rocket ou Cricket !?

L’expérience auditive est à mon sens primordiale mais ne suffit pas face à une concurrence féroce.
Il faut aussi être irréprochable sur l’expérience utilisateur.

L’application mobile Devialet (compatible iOS et Android) qui permet l’appairage et la configuration des écouteurs se veut claire et sobre… peut-être un peu trop.
Elle permet d’activer et choisir les modes de réduction active de bruit et de transparence, disposer de la charge restant de chaque écouteur et du boîtier de recharge, d’activer ou non la pause automatique lorsqu’un écouteur est retiré grâce aux capteurs de port infrarouge des écouteurs et enfin d’égaliser le son selon un graphique par bande de fréquence bien réalisé. Il vous sera d’ailleurs possible d’utiliser des présélections en fonction de vos goûts : plat, podcast, basses, aigus, dynamique, bas médiums.

L'application mobile Devialet Gemini

Là où le bât blesse, c’est sur cette impossibilité de personnaliser les commandes tactiles – somme toutes assez limitées dans la proposition. Nativement un appui sur l’un des écouteurs permet la lecture ou la pause de la piste en cours de lecture. Le double appui permet de passer à la piste suivante pour l’écouteur droit ou revenir à la précédente pour l’écouteur gauche.
Impossible donc d’agir sur le volume via l’interface tactile. Pire il faudra choisir entre le passage aux pistes suivantes attribué respectivement aux boutons gauche et droit ou l’activation de la commande vocale pour le double appui… Pas de triple tap pour envisager les deux possibilités.
L’appui long lance initialement la réduction de bruit et ce même geste permet ensuite de switcher entre la réduction et la transparence. Sans l’application, il est impossible de revenir au mode neutre via l’interface tactile.
Là encore, je trouve dommage de ne pas pouvoir associer les modes de réduction et de transparence ou encore le neutre à cet appui long depuis l’application.

Le tactile est malheureusement sous-exploité et j’espère que des mises à jour du logicielle et du firmware des écouteurs viendront corriger cela dans le futur. Concernant l’expérience autour du tactile, la surface comporte deux textures dont une creusée qui ne dispose pas du tactile. Vous aurez donc certains ratés mais dans l’ensemble quelque soit la pression, les commandes répondent bien.

En matière d’appel téléphonique, les Gemini font le job. La captation des voix est plutôt bien restituée et l’ensemble est intelligible. Dans un intérieur avec un peu de bruit comme une salle de sport, l’écoute est très bonne et la conversation ne se trouve pas contrariée. En revanche en extérieur avec des conditions capricieuses, les écouteurs peuvent vite trouver leur limite comme tout True Wireless.

 

Connectivité et latence

Connectés en Bluetooth 5.0 et supportant les codecs AAC, SBC et AptX, les écouteurs dispose d’une bonne stabilité.
Après plusieurs dizaines d’heures d’écoute, je n’ai constaté aucun décrochage ni de micro-coupure.
La portée se situe dans la moyenne des produits que l’on trouve sur ce segment de marché.
Au prix, je regrette toujours l’absence du Bluetooth Multipoint mais sur ce point, ces Geminis ne sont pas des cas isolés… une suggestion déguisée pour la V2 🙂 .

Concernant la latence, les Gemini sont adaptés pour consommer des vidéos sur mobile depuis les principales plateformes de streaming (Netflix, Molotov, Youtube, Amazon Prime, …). Pas de latence perceptible puisque les applications disposent d’une compensation automatique.
En revanche regarder une vidéo depuis le navigateur web de mon laptop ou encore jouer à un jeu provoque une latence un peu plus importante.

 

Assez de fuel pour toucher les étoiles ?

Embarquant une tonne de technologie, ma crainte s’était naïvement portée sur l’autonomie des Gemini.
Le packaging annonçait 6 heures d’autonomie pour une charge complète.
Il faut compter en réalité 1 heure de moins soit un peu moins de 5 heures d’autonomie en configuration de base : mode neutre sans ANC, codec AAC, sans égalisation dans l’application, le smartphone à environ 1 mètre et le volume à 30%.
Les Gemini sont loin du podium (les meilleurs dépassent généralement les 8h) mais restent dans une moyenne acceptable.

Etonnamment en activant la réduction de bruit active, l’autonomie n’est pas malmenée. Comptez 4h40 d’autonomie pour une charge complète avec l’ANC constamment activée en mode « Élevée ».

Le boitier permet 3 charges supplémentaires des écouteurs. L’autonomie globale est donc portée à 20h.
Notez qu’une heure suffit pour passer le boitier de 0% à 100% et il faudra compter une demi-heure de plus si vous utilisez un chargeur Qi pour la recharge sans fil – dans mon cas, testé avec le Player Delta Devialet.

Le boîtier de recharge des Gemini supporte la recharge sans fil

 

Conditions de test: Test réalisé à partir d’un produit de prêt gracieusement prêté par Devialet. Force est de constater que le fanboy de Sennheiser que je suis s’est vu chamboulé par la qualité audio des Gemini… au point de les remplacer ?!
Test des Gemini, les premiers écouteurs True Wireless de Devialet
Devialet Gemini : un petit pas pour l’homme, un grand pas pour les intras
De challenger à favori
Pour ses premiers True Wireless, Devialet frappe un grand coup avec des écouteurs aux qualités audio indéniables.
Bardés de technologie, les Geminis se donnent pour objectif de fournir une expérience audio équilibrée et immersive grâce à une architecture unique.
Et c'est une réussite !
Avec un son large et profond et une réduction de bruit hybride inégalée à ce jour pour des intra, ces True Wireless séduiront assurément les amateurs de musique.

Reste que l'expérience pourrait être optimale si l'application apportait plus de fonctionnalités et de personnalisations notamment au sujet de l'interface tactile des écouteurs. Gageons que la partie logicielle soit rapidement mise à jour pour combler ce petit manque d'ergonomie.
Conception
Audio
Confort & tenue
Fonctionnalités
Connectivité
Réduction de bruit active
Autonomie
Les plus
L'audio est exceptionnel : puissant, dynamique et généreux en basse
Une proposition de très bonne facture
Le confort de port et d'écoute : bye bye l'occlusion auditive
La performance de la réduction de bruit hybride (double suppression)
L'excellente isolation passive
Le mode transparent loin d'être anecdotique
La recharge Qi (sans fil)
La batterie du boitier est remplaçable
Les moins
Les fonctionnalités tactiles trop sommaires...
...et pas de personnalisation possible depuis l'application
L'autonomie est tout juste acceptable
Le boîtier de recharge est massif
Le prix
4.4

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Conception
Audio
Confort & tenue
Fonctionnalités
Connectivité
Réduction de bruit active
Autonomie
Note finale

Winkco, le clin d’oeil connecté

Découvrez l’actualité des objets connectés et plus largement de la tech.

Restons connectés !!
L'actualité des objets connectés en un clin d'oeil dans votre boîte.